Centre de Recherche en Ethnomusicologie

Séverine Gabry-Thienpont
Séverine Gabry-Thienpont
Séverine Gabry-Thienpont
Docteure associée au CREM
Ancien membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale, Ifao, Le Caire (2014-2017).
Égypte
Piété populaire - Patrimoine - Identité - Transmission - Christianisme oriental - Soufisme égyptien
...

Anthropologie sociale et culturelle des musiques religieuses et populaires égyptiennes (XIXe-XXIe siècles).

 

Thèmes de recherche principaux:

Pratiques musicales coptes et enjeux communautaires

Mise en musique de la piété populaire et constructions mémorielles

Esthétique et spacialisation de l'exubérance sonore

Enjeux socio-religieux des rites de possession égyptiens

Masculinité et pratiques jouées et dansées du Sa'îd (Sud de l'Égypte)

 

Résumé:

Depuis la fin de sa thèse intitulée Anthropologie des musiques coptes en Égypte contemporaine, S. Gabry-Thienpont mène un projet de recherche consacré aux musiques des manifestations de piété populaire en Égypte, dans leurs dimensions religieuse, anthropologique, musicologique et historique. Par cette approche, elle souhaite contribuer à la compréhension de l’histoire religieuse et culturelle de l’Égypte depuis le XIXe siècle. Pour y travailler, SGT conjugue travail à partir des sources et des archives, et enquêtes de terrain qu'elle diversifie délibérément (mouled [fêtes de saints], séances de zâr, réunions charismatiques, jeux du bâton, nouvelles scènes, etc.). Cette démarche lui permet de prendre conscience d'enjeux de l’ordre des représentations communautaire et régionale, des constructions mémorielles, de la nature de l'esthétique du sonore sur les pratiques sociales et musicales (et vice-versa) et des frontières nébuleuses entre le licite et l’illicite.

Co-responsable du programme de recherche Musiques à voir, musiques à entendre. Esthétiques, productions et techniques sonores en Égypte contemporaine (XIXe-XXIe siècles), en collaboration avec S. Emerit (HiSoMA UMR 5189), F. Lagrange (Paris Sorbonne) et N. Puig (Urmis IRD), 2017-2021.

 

Co-responsable du programme quinquennal de recherche Missions chrétiennes et sociétés du Moyen-Orient : organisations, identités, patrimonialisationXIXe-XXIe siècles, MisSMOen collaboration avec Ph. Bourmaud (IFEA), M. Levant (FSCIRE), N. Neveu (Ifpo) et K. Sanchez (Univ. de Leiden): http://missmo.hypotheses.org http://www.efrome.it/fr/la-recherche/programmes/programmes-scientifiques-2017-2021/missmo.html, 2017-2021.

 

Co-responsable du projet de recherche Dynamiques religieuses en Égypte contemporaine, en collaboration avec G. du Roy (FNRS, Univ. catholique de Louvain), 2017-2018.

Avec Audrey Dridi : Direction d'un dossier thématique consacré aux "Chrétiens d'Orient, de l'Antiquité à nos jours. Nouvelles sources, nouvelles approches", qui paraîtra au sein de la revue Annales Islamologiques en 2018.

Lauréate du prix Michel Seurat (CNRS) au titre de l'année 2009. 

Articles et chapitres

2015sp « The Coptic Musical Heritage and its Transmission », in N. Van Doorn-Harder, dir.: Copts in Contexts. Negociating Identity, Tradition and Modernity. University of South Carolina Press. Columbia: s.n.
2015sp « Tomâv Fomeyya, mère supérieure d’un monastère copte orthodoxe de Haute Égypte. La force de la discrétion et du don de soi », in A. Herrou, dir.: Une journée dans une vie. Une vie dans une journée. s.n.
 
2014a « Dire ou chanter les chants coptes en Égypte contemporaine », in B. Ramaut-Chevassus & A. Damon-Guillot, dirs.: Dire/chanter. Publications Universitaires de Saint-Etienne. Saint-Etienne: s.n.« Musicologie »  : 273‑289.
2014b « “Pharaonisme“ et discours traditionnalistes. À la recherche du passé pour créer le présent », in S. Coin-Longeray, dir.: Instrumentalisation, mystification, réécritures des sources. Chemins de Tr@verse. Paris: s.n. : 9‑13.
2015sp « Musiques et charismes chez les chrétiens en Égypte au début du XXIe siècle. L’exemple catholique ». in A. Girard & B. Heyberger, dirs.: Archives de sciences sociales des religions
En Égypte, l’engouement exponentiel pour les musiques paraliturgiques traduit une implication grandissante de la jeunesse, toutes obédiences chrétiennes confondues, au sein de groupes religieux charismatiques et évangéliques. Après le Renouveau copte de la deuxième moitié du XXe siècle, c’est au tour du Renouveau charismatique catholique postconciliaire d’investir les paroisses égyptiennes. Les communautés occidentales créées dans la lignée du concile de Vatican II sont de mieux en mieux représentées dans la capitale. Dans ces groupes, chants et musiques occupent une place centrale, et participent ainsi d’un renouvellement de la foi chrétienne en Égypte.
2013 « Tarânîm et madîḥ. Chants liturgiques coptes ou chansons populaires égyptiennes ? ». Cahiers Rémois de Musicologie (7): 87‑99.
Séverine GABRY-THIENPONT & Laure GUIRGUIS
2013 « Émotions religieuses online. Pratiques contemporaines du tarānīm dans le monde copte ». Institut Religioscope, Études et analyses (29).
Séverine GABRY-THIENPONT
2011 « Doux et tranquille, pièce pour violoncelle et piano d’Henri Dallier (1849-1934) ». Cahiers Rémois de Musicologie (6): 125‑140. Restitution et édition critique du manuscrit de la BNF.
2010a « L’enregistrement des chants coptes. Vers une fossilisation du répertoire ? ». Revue des Traditions Musicales des Monde Arabe et Méditerranéen 4: 67‑82.
2010b « Musique et images coptes : un patrimoine en évolution ». Religions et Histoire (31): 40‑47.
Depuis des temps reculés, la religion copte et la question de ses origines suscitent bon nombre de fantasmes et de polémiques. C’est essentiellement dès l’expédition de Bonaparte (1798-1801) que le caractère mythique de l’Égypte a pris une ampleur  exceptionnelle, donnant par la même occasion à la communauté copte de son pays, déjà minoritaire par rapport aux Musulmans, l’envie et l’occasion de revendiquer sa place sur la terre des pharaons. Depuis, cet engagement n’a cessé de croître et la vivacité des Coptes à partager et diffuser un patrimoine commun n’a jamais été aussi forte que maintenant.
2009 « Processus et enjeux de la patrimonialisation de la musique copte ». Égypte/Monde Arabe (5-6): 133‑158.
L’étude des minorités chrétiennes en terre d’Islam est fondamentale pour la compréhension des différents processus à l’œuvre dans ces sociétés secouées par de fortes querelles identitaires. Parmi ces minorités, la communauté copte d’Égypte (entre 6 et 10 % de la population) offre un champ d’étude privilégié. Cet article analyse dans cette perspective sociologique le cas de la musique copte, essentiellement liturgique, ainsi que le discours identitaire qui s’y attache. Cette démonstration des pratiques musicales s’articule autour de la notion de tradition, dont la récurrence dans le discours des acteurs nous pousse à examiner le sens, ainsi que les moyens de diffusion mis en place pour faire de cette musique un patrimoine à part entière.

Disques, films, multimédia

2015 Égypte. Hymnes de l’Église copte orthodoxe. Paris : INEDIT/Maison des Cultures du Monde. 2015. (notice du disque). Enregistrement Rainer Engel (Institut du Monde Arabe) / Notice et photographies (hors celles du concert) Séverine Gabry-Thienpont / Direction artistique Michael Ghattas. Disque enregistré lors du concert organisé à l’IMA dans le cadre du Festival de l’Imaginaire (Maison des Cultures du Monde) en mars 2014.

Autres publications

2013 Recension de l'ouvrage de Laure Guirguis, Les coptes d’Égypte. Violences communautaires et transformations politiques (2005-2012) (Paris, Karthala et IISMM, 2012, 310 p.) pour la revue Studia Islamica 108 : 119-123.

 

Oct 6, 2017
Oct 6, 2017
Oct 6, 2017
Oct 6, 2017
Oct 6, 2017
Logo CNRS

Agenda